Nos pierres fines

Les pierres fines sont des minéraux extraits de gîtes naturels ; cette dénomination englobe l'ensemble des gemmes naturelles utilisées en joaillerie et non classées parmi les quatre pierres précieuses.


Certaines comme l'opale ou l'améthyste étaient considérées comme précieuses avant la découverte de larges gisements. Leur appellation de pierres fines ne signifie pas qu'elles soient moins belles que les pierres précieuses - elles ont d'ailleurs perdu leur ancien nom trompeur de pierres semi précieuses pour éviter toute confusion - au contraire, ces pierres sont
très recherchées et appréciées pour la variété de leur couleur et de leur éclat.


On dénombre vingt-neuf pierres fines, qui sont pour la plupart utilisées en joaillerie ; nous vous en présentons sept parmi les plus belles : l’améthyste, la spessartite, la tsavorite, l’aigue-marine, le péridot, la morganite et la tourmaline verte.

L'améthyste

Probablement la plus célèbre des pierres fines, l'améthyste appartient à la famille du quartz macrocristallin et tient sa couleur violette des traces de fer présente dans les minéraux. Cousine de la citrine que l'on retrouve généralement dans les mêmes gisements, elles sont toutes deux très utilisées en joaillerie pour leur grande pureté et la qualité de leur éclat, ainsi que pour leur dureté qui offre de nombreuses possibilités de créations joaillières. L'améthyste est plus belle à la lumière du jour qu'en lumière artificielle, particulièrement au lever et au coucher du soleil quand la lumière est douce et chaude. Elle se distingue par sa couleur qui va du violet sombre au violet lilas, translucide ou opaque, les plus belles améthystes étant celles au violet profond, avec une belle saturation et une couleur unie. En hébreux elle est nommée ahlamah - qui signifie rêve - l'améthyste étant supposée provoquer des rêves agréables et des visions de très bon augure. Cette gemme tient son nom du grec amethystos qui signifie "ne pas être saoul", c'était un symbole de sobriété pour ce peuple qui buvait son vin dans des coupes l'améthyste censées combattre l'ivresse. Traditionnellement couleur royale et monastique, elle était surnommée la "pierre des évêques" en référence à l'anneau surmonté d'une améthyste que ceux-ci portaient au doigt. Jusqu'au XVIIIe siècle elle est considérée comme une des pierres précieuses au même titre que le diamant, le rubis, l'émeraude ou le saphir, mais la découverte de larges gisements au Brésil la rend moins rare et diminue sa valeur. Les améthystes proviennent de trois zones dans le monde où se trouvent plusieurs gisements : le Brésil en est le principal producteur avec la mine Brejinho, l’Inde, et l’Afrique. Mais ce sont les améthystes d’Afrique et d’Uruguay d’une couleur plus intense qui sont les plus prisées et les plus chères du fait de leur rareté. L'Améthyste de Zambie présente une couleur violette claire avec de magnifiques nuances de bleu velouté et rouge et celle d'Uruguay est quant à elle exceptionnelle par sa profondeur, et ses reflets violet et rouge intenses.

La spessartite

La spessartite est un minéral de la famille des grenats dont le nom vient de la forêt de Spessart en Bavière, la région type de ce minéral. Souvent mélangée à l'almandin, elle est rare à l'état pur et est de ce fait très prisée des collectionneurs. Jusqu'à la récente découverte de mines en Namibie et au Mozambique, le grenat spessartite était rarement vu en bijouterie. La pierre enflammée dont la couleur va de l'orange soleil au rouge brun est célèbre pour son excellente dureté et sa brillance en lumière chaude et douce en raison de son haut indice de réfraction. Les grenats spessartite les plus recherchés affichent un brillant, rouge-orangé dont les meilleurs exemplaires proviennent de Namibie et du Mozambique : ils sont appelés "la Spessartite Mandarine". ON trouve également aujourd'hui des gisements de grenats spessartite au Brésil, en Chine, au Kenya, à Madagascar, au Pakistan, au Sri Lanka, en Tanzanie et aux États-Unis. Le grenat est associé à la planète Mars et les hommes lui attribue depuis l'antiquité des vertus curatives pour soigner les maux de dos et l'arthrose.

La tsavorite

La tsavorite est la variété vert émeraude des grenats alumineux riches en vanadium et en chrome. Cette gemme rare est d'un vert franc très lumineux très prisée en bijouterie. D'une grande dureté, elle est également moins fragile que l'émeraude, et contient peu d'inclusions tandis que son indice de réfraction est élevé ce qui lui confère un éclat magnifique. Mais son prix peut s'envoler à mesure que la pierre est de belle qualité et que son poids augmente. Le gisement le plus important de tsavorites se situe au Kenya, dans le parc Tsavo d'où elle tient son nom. On en trouve également dans des roches du métamorphique de contact, dans des pegmatites, dans des roches magmatiques, et dans des alluvions au Sri Lanka.

L'aigue-marine

De la même famille que l'émeraude et la morganite, l'aigue-marine est une variété de béryl dont le nom évoque la couleur de l'eau de la mer, "acqua marina" en latin. En effet, sa belle couleur bleu azur résulte de traces de fer présentes dans sa composition chimique. Dans l'Egypte antique, cette gemme était sculptée en talisman : symbole de fidélité mutuelle entre les époux, elle garantissait un mariage heureux et protégeaient les marins grecs des périls encourus durant leur traversée du royaume de Poséidon. Aujourd'hui encore, cette pierre serait porteuse de joie,  de créativité et aurait la vertu de libérer des émotions enfouies et apportant l’apaisement, la clairvoyance et la  paix intérieure. Avant le XXème siècle, la majorité des aigue-marines étaient extraites des mines russes dans l’Oural et des mines brésiliennes du Minas Gerais où l’on trouve de nombreuses nuances de cette gemme. Le Brésil est encore aujourd’hui un important producteur d’aigue-marines mais d’autres pays tels que Madagascar, le Nigéria, le Mozambique ou la Zambie produisent depuis le début du XXème siècle des gemmes d’aussi belle qualité. La qualité d'une aigue-marine réside donc dans sa couleur d'un bleu turquoise intense et limpide, pure de toutes inclusions, et s'apprécie à la lumière délicate des chandelles.

Le péridot

Longtemps confondue avec l'émeraude et la topaze, son nom actuel de péridot lui vient de l'arabe, faridat, qui signifie gemme. Egalement connue sous le nom d'Olivine, le péridot était une des pierres favorites de la Reine Cléopâtre, et associée à l'or, elle était célébrée par les égyptiens de l'Egypte Ancienne comme la "Gemme du Soleil". Sous son antique appellation de Chrysolite, le péridot exerce une grande fascination depuis les temps les plus reculés et a alimenté un certain nombre de mythes : cette gemme de protection est supposée favoriser l'amitié, libérer l'esprit du péché d'envie, rendre son porteur plus éloquent, guérir les maladies du foie, et même augmenter l'efficacité des potions médicinales. Le péridot est une gemme de la variété des olivines appartenant à la famille des silicates. Sa couleur verte unique provient des traces de fer présentes dans sa composition chimique qui lui ont valu d'être surnommé l'"émeraude des croisés". Extrait de lave, de météorites ou profondément enfoui dans la croûte terrestre le péridot est une gemme extrême. Ce minéral est très utilisé en joaillerie où il est particulièrement apprécié pour sa teinte vibrante lorsqu’il est “grass green” c’est à dire de couleur vert prairie. Dans l'Antiquité, le péridot était exploité uniquement sur une île de la Mer Rouge, située non loin des côtes égyptiennes : l'île de Topazios aujourd'hui nommée Zabargad mais les réserves de ce gisement sont aujourd’hui presque totalement épuisées. Plus tard, d'autres gisements ont été découverts aux États-Unis en Arizona, en Chine et au Myanmar dans la région de Mogok où les pierres sont de belle qualité. En 1994, on découvre un gisement au Pakistan, dans la région du Cachemire qui deviendra célèbre pour ses péridots d’une qualité exceptionnelle, très prisés par les collectionneurs : ces gemmes présentent un vert particulièrement intense, et brillent d'un éclat impressionnant. Mais les conditions climatiques de cette région réduisent l'exploitation de juin à septembre, et ces pierres sont donc très rares. En général, les teintes prisées du péridot vont du vert tilleul à un vert plus profond rappelant la couleur de l'herbe, en passant par le vert électrique du magnifique péridot de Zabargad.

La morganite

La Morganite a été découverte en 1911 à Madagascar et fut d'abord appelée "Béryl Rose". Le célèbre gemmologue George Frederick Kunz lui donna plus tard son appellation actuelle en hommage à son ami et patron, le banquier new-yorkais et philanthrope John Pierpont Morgan. A l'instar de l'émeraude et de l'aigue-marine, la morganite est une variété de béryl contenant des traces de manganèse qui lui confèrent ses magnifiques et subtiles colorations allant du rose "fleur du pêcher" au carmin. La morganite a un système cristallin hexagonal et ne comporte aucune inclusion détectable à l'œil nu. Cette gemme est reconnue en lithothérapie pour ses capacités à apaiser les troubles émotionnels et à attirer l’amour dans la vie de celle qui porte cette superbe gemme. L'extraction de la morganite se fait essentiellement en Afghanistan, au Brésil et à Madagascar où l'île Rouge est reconnue pour ses superbes spécimens rares “fleurs de pêchers”, pouvant atteindre des tailles exceptionnelles de plusieurs dizaines de centimètres. La morganite présente également des gisements au Brésil, au Mozambique, en Namibie, au Pakistan, dans la région de l’Oural en Russie, en Afghanistan et en Chine et chaque région offre des teintes roses qui lui sont propres. La morganite impériale présente ainsi une légère teinte saumon qui en fait la couleur la plus naturelle de cette gemme.

La tanzanite

L’histoire de la tanzanite est intimement liée au peuple Massaï. Le bleu est, pour ces bergers nomades, une couleur sacrée. Ils auraient découvert de splendides cristaux de tanzanite bleus qui, transformés par un feu de brousse, auraient perdu leur couleur caractéristique bronze gris- brun. Autrefois, les femmes recevaient en présent des perles et des vêtements bleus après avoir mis un enfant au monde ; aujourd’hui, les chefs Massaï leur offrent une tanzanite, lors de la naissance d’un bébé, en signe de bénédiction pour lui souhaiter une bonne santé et une riche et belle vie. Cette pierre fut découverte pour la première fois en 1967 dans les mines d'Arusha par Manuel de Souza, un modeste lapidaire portugais originaire de Goa en Inde, qui collectionnait les minéraux, en particulier, une gemme bleue que lui vendaient les Massais sous le nom swahili de « ciel bleu » pour laquelle il fit enregistrer la première concession. Campbell R. Bridges, géologue écossais présenta le premier la tanzanite au GIA pour la faire identifier et Henry B. Platt, vice-président de Tiffany & Co, joaillier de New York, créa le nom « tanzanite » pour commercialiser cette pierre gemme. La tanzanite est une gemme tricolore bleue aux nuances de violet très prononcées, c'est-à-dire que tous les cristaux de tanzanite présentent trois couleurs, bleu, rouge-violet et bronze, dont l’intensité dépend de l’angle d’observation. Sous éclairage naturel, la couleur la plus rare et ayant le plus de valeur est un bleu vibrant, proche du saphir ; cependant, la couleur finale de la tanzanite est une combinaison des trois teintes bleue, pourpre et violette mises en valeur par le facettage des tanzanites. Ces pierres résultent de l'activité volcanique de la chaîne de montagnes du Kilimanjaro et l'élévation de température du milieu a donné sa couleur bleue à la tanzanite. En général, les tanzanites ont un haut degré de transparence et l’absence d’inclusions soulignent leurs splendides couleurs. Leur pureté est ainsi la « signature » de cette pierre. La tanzanite eut un très grand succès aux Etats-Unis, où elle fut utilisée pour sa couleur bleu saphir à une époque où les beaux saphirs devenaient difficiles à trouver. La production, modeste au départ, s'est fortement développée ces dernières années, et la tanzanite, d'une pierre pour collectionneur, est devenue une pierre commerciale très prisée, dont le prix dépasse souvent le millier d'euros par carat : si celui-ci est défini par la beauté d'une gemme mais aussi par sa rareté, la tanzanite n'échappe pas à la règle. On raconte que la tanzanite est mille fois plus rare que le diamant et son succès dans le milieu de la joaillerie de luxe a fait grimper son prix. Les gisements de Tanzanie sont aujourd'hui les seuls à être exploités à des fins commerciales : les mines se trouvent sur les collines de Merelani dans la région de Lelatema, au sud-est de la ville d’Arusha dans la région de Manyara.

La tourmaline

"Tourmaline" vient du cinghalais "touramalli" qui signifie "pierre aux milles couleurs". Cette pierre fine a en effet souvent été confondue avec différentes pierres précieuses en raison de sa grande variété de teintes : elle peut revêtir toutes les couleurs du noir au blanc en passant par l'ensemble des couleurs de l'arc-en-ciel. La tourmaline verte ou verdélite est une gemme connue depuis le IIIème siècle avant J-C, appartenant aux minéraux de la famille des silicates. Elle a été rapportée pour la première fois en Europe par la Compagnie Néerlandaise des Indes Orientales depuis le Sri Lanka, mais ce n'est qu'en 1759 qu'elle est identifiée par Buffon qui la baptise du nom de Tourmaline, et cesse d'être confondue avec les zircons de couleur. Les Hollandais s'en servaient alors pour extraire les cendres du foyer de leurs pipes, et en France, on la qualifiait d'"aimant de Ceylan". Plus récemment, Cixi - Tz'u Hsi, dernière impératrice de Chine, fait de la tourmaline rose une véritable obsession, et dort sur un oreiller de tourmalines censé lui inspirer de beaux rêves. Pierre de jeunesse et de protection par excellence, la légende veut que la tourmaline soit source d'inspiration artistique, d'intuition et de créativité, qu'elle dynamise l'esprit et le corps. Les couleurs vives de la tourmaline la rendent très populaire et inspirent les joailliers qui sertissent les plus belles pierres dont les nuances rappellent les rubis et émeraudes dans des créations uniques. Les pierres pures d'une couleur homogène sont rares, elles sont de ce fait taillées pour être montées en bijoux. La tourmaline verte ou Verdélite est la plus courante ; on en trouve aujourd’hui des gisements au Brésil, au Sri Lanka, à Madagascar, en Australie, au Kenya, aux Etats-Unis et en Russie. Il existe également une variété bleue pure et intense d'une grande rareté appelée tourmaline Paraïba du nom de la seule mine brésilienne qui en produisit jusqu'à épuisement ; de nouveaux gisements ont été découverts au Mozambique voilà quelques années. La variété rose à rouge de tourmaline appelée Rubellite est la plus prisée des joailliers pour sa belle qualité.